Un soft skill reconnu et recherché

Les soft skills ont fait leur apparition il y a quelques années maintenant sur la toile française. Depuis maintenant quelque mois, il n’y a pas un jour qui passe sans qu’un article de journal ne cite les vertus des soft skills. Ces compétences douces, qu’on oppose souvent aux hard skills, les compétences techniques, sont de plus en plus recherchées par les entreprises. En cherchant sur le web, on peut trouver des articles, plus ou moins sérieux, sur comment développer ses soft skills ou comment les faire paraître en entretien d’embauche. Les formations en leadership explosent ces derniers temps pour ses raisons : c’est très recherché par les entreprises. Finalement, pourquoi se poser la question du pourquoi les entreprises s’y intéressent, l’idée c’est surtout de correspondre à leur besoin ! Le leadership, tout comme l’esprit critique, la créativité, l’intelligence émotionnelle et bien d’autres encore, demandent à être de plus en plus présents au quotidien dans les entreprises. Le bien être en entreprise fait une apparition grandissante, regardez le nombre de classements qui sortent chaque année sur les entreprises ou la qualité de vie au travail est mise en avant. Les soft skills contribuent à ce bien être. Rassembler une équipe de travail dont la majorité sont dotés de soft skills, c’est garantir un groupe soudé, capable de résoudre des problèmes, chacun trouvant sa posture au sein du groupe.

Avant tout, un comportement !

Le Leadership en entreprise est l’un des soft skills les plus recherchés sur le marché du travail. Il est cependant compliqué de recruter quelqu’un à travers cette compétence car comment faire transparaître ça sur un CV, voire même en entretien ? A l’inverse, un RH dans un entreprise aura plus de facilité à détecter les potentiels leaders. Lors d’une formation en leadership effectuée dans une entreprise à Marseille, la RH nous avait prévenu à l’avance en nous disant qu’à la suite de la formation, elle souhaitait qu’on l’informe si des leaders « naturels » avaient été présents dans le groupe. Ainsi, même si ce n’était pas la finalité de la formation, il y avait comme une détection à réaliser pour l’entreprise. Se pose donc la question si on devient un leader ou si l’on nait leader, un peu comme l’adage le dit pour le commercial. Cependant, être un leader, naturel ou non, ce n’est pas l’objet de l’article mais, c’est avant tout une question de comportement. Un leader dans une entreprise, c’est une personne qui communique avec assertivité, qui favorise le dialogue. C’est quelqu’un qui sait désamorcer un conflit tout en instaurant des relations de confiance. Il sait émettre une critique de façon constructive. Il sait fédérer, valoriser et optimiser son potentiel d’influence. Il pratique le feedback et est exemplaire pour les autres, il en devient même un guide pour l’équipe de travail. Ça c’est un vrai leader en entreprise.

Un avantage ou piège pour l’entreprise 

C’est finalement assez simple pour une entreprise de reconnaître un leader. Faites soumettre une formation en leadership à un groupe, ceux qui dès la fin de la formation vont se transformer, seront à coup sûr, ceux qui avaient un leadership naturel ancré en eux. Il suffisait que l’étincelle prenne (la formation en leadership) pour que le salarié se transforme dans son quotidien. Il fallait qu’il prenne conscience de qui il est vraiment, ainsi que de son potentiel. C’est un avantage certain pour l’entreprise qui voit un talent révélé à la suite d’une formation. Un leader apporte beaucoup en entreprise. A la fois sur comment mieux communiquer ensemble, mieux fédérer, mieux guider, mieux former. C’est un exemple à suivre, un guide, c’est donc important d’avoir des leaders dans une entreprise. En revanche, le cas inverse, reconnaître un leader mais ne pas lui donner les clés pour s’épanouir et c’est la garantie d’un futur départ de l’entreprise. Pourquoi reconnaître un leader en entreprise si ce n’est pas pour le faire évoluer à sa juste valeur ? Un leader, est fait pour gravir les échelons. S’il est accompagné dans sa montée progressive en compétence et en échelon, alors ses profils garantiront d’être des futurs cadres de l’entreprise. Mais encore une fois, il ne faut surtout pas brider un leader, au risque qu’il perde son élan et sa motivation. Ce n’est pas parce que c’est inné ou naturel, qu’un leader ne peut pas perdre son envie et sa détermination. Il faut lui donner les clés et les outils pour qu’il s’épanouisse et remplisse son rôle naturel d’entrainer, de fédérer de motiver, guider etc…

Le leader en formation 

Les formations en leadership sont pour moi celles qui ont un impact grandissant sur les personnes, à condition qu’elles soient bien exécutées. Cette thématique qui touche au management et à l’efficacité professionnelle a pour but de transformer les personnes, de les révéler. Il s’agit bien plus qu’une montée en compétence, il s’agit de faire prendre conscience à des salariés qui ne savent pas du tout à quoi s’attendre pré-formation, qui ils sont vraiment et de quoi ils sont capables. C’est un véritable must que beaucoup d’entreprises réclament aujourd’hui et à juste titre. La formation en leadership est donc à mon sens sous-évaluée par rapport aux bénéfices que l’entreprise pourrait en tirer.

La pratique avant tout

Toutes mes formations sont axées sur la pratique, de la formation au SST (sauveteur secouriste du travail), à Excel, en passant par le management et les langues. La pratique, est selon notre méthode, via le cycle de Kolb, la seule méthodologie qui permet un apprentissage rapide, durable permettant un transfert des acquis optimal. Et rappelons que ce dernier, est le seul gage d’une montée en compétence garantie. La formation en leadership n’est pas exempte et c’est encore une fois la pratique qui va primer. Je dirai même que sur ce domaine de formation, ne faire que de la théorie est à mon avis un non-sens. Le terme leadership rime souvent avec le verbe « révéler ». On révèle par la pratique, en faisant, en accomplissant. Il est donc nécessaire de mettre en exergue des simulations, des jeux de rôle ou autres, afin de faire apparaître des déclics dans le comportement des salariés ou ici, des stagiaires. Un leader naturel, a déjà agit en tant que leader, c’est juste qu’il ne savait pas que c’était en provenance de son caractère de leader. L’aider à comprendre que ses actes sont issus de sa posture de leader va aider la personne à prendre conscience de ses capacités, de son potentiel. Elle va décupler sa confiance en elle si et seulement si le formateur ou la formatrice arrive à mettre en place ses déclics. C’est là tout l’art pour le formateur(rice) : réussir, à travers sa pédagogie, à trouver l’étincelle qui va révéler la personne. C’est la magie de la formation, notamment sur cette thématique de formation.

La pratique encore et non au digital learning

Comme je viens de l’expliquer, les formations en leadership sont des formations qui nécessitent d’être au côté du formateur(rice). C’est d’ailleurs particulièrement adapté lorsqu’il y a un groupe à former, on révèle plus le leadership des salariés lorsqu’il y a plusieurs personnes. De part sa nature dominante, le leader se démarque plus lorsqu’il est dans un groupe, avec plusieurs personnalités. Il ajuste souvent sa posture, sa communication. Il est souvent d’une grande justesse dans ses propos, se révèle souvent conciliant plutôt qu’imposant. En plus du groupe, il est important de former à travers la pratique, quelle qu’elle soit : simulations filmées, jeux de rôle, l’important c’est d’essayer de faire ressortir la nature première des stagiaires en jouant avec différentes modalités pédagogiques. Plusieurs thématiques pourront être abordées pendant 2 à 3 jour de formation comme l’influence, la communication, le comportement et la posture, la stratégie. On se rend compte que la formation en leadership est une thématique qui ne peut pas s’opérer en ligne, en elearning ou digital learning. Faire naître des leaders à travers un écran d’ordinateur ce n’est pour moi, pas cohérent quand on connait le processus d’apprentissage. En entreprise, la formation prend une tout autre dimension qui est extrêmement importante comme l’influence du regard des autres, l’émotion transmis par le formateur, la cohésion formée par le groupe. Ce sont ces éléments qui sont tous aussi importants que le programme pédagogique, c’est un tout, et pour moi, seules les formations présentielles peuvent assurer de révéler les comportements de leader chez les stagiaires de la formation.

1 votes, moyenne : 5,00 sur 5
Loading...

Laisser un commentaire

Fermer le menu